• ACCUEIL

    Actions Solidaires pour le Développement (ASD Burkina Faso) est une association burkinabè créée en 2015* par un groupe de femmes et d’hommes, s’engageant à utiliser leurs compétences et capacités pour soutenir des projets et programmes d’appui au développement local dans les domaines de l’éducation,  l’agroécologie et la résilience.

    Actualités en cours

     FORMATION DE FORMATEURS – IMPACT : 19 ECOLES – 5500 ELEVES
    UN FINANCEMENT PARTICIPATIF ORGANISE PAR NOTRE PARTENAIRE HAMAP HUMANITAIRE SUR HELLO ASSO :
    https://www.helloasso.com/associations/hamap-humanitaire/collectes/formation-de-formateurs 

     

    Nous travaillons notamment pour :

    • La conciliation de l’histoire de l’humanité avec la nature,
    • La sécurité alimentaire des populations,
    • Le droit pour tout individu de s’accomplir par la connaissance et la culture,
    • La volonté de privilégier les valeurs essentielles comme la coopération, la justice, le respect d’autrui et de la nature.
    • L’attention altruiste à la problématique humaine, avec le souci de contribuer dans le respect de la dignité et la liberté de chaque individu.

     

    * Reconnaissance de l’association par le Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation le 4 novembre 2015 suivant récépissé n°2015/0962/MATD/SG/DGLPA/DOASOC.

    Note mise en ligne le 24/12/2014 mise à jour le 16/05/2017

  • STRATEGIES ET AXES DE DEVELOPPEMENT

    La présente note est en cours de rédaction (et donc à venir prochainement) pour mieux présenter les stratégies et axes de développement d’ASD, notamment dans les trois domaines de l’éducation,  l’agroécologie et la résilience et médiation de projets.

    Elle mettra en valeur le développement participatif, l’éducation inclusive…

  • VOUS ET NOUS ?

    Pourquoi êtes-vous sur ce site ?

    Sans doute parce que vous êtes intéressé par les sujets de coopération, de ce qui rend solidaire, relie, dit autrement par des souffles de vie, des traits d’union transmutant les V en N, les Vous en Nous, favorisant l’inclusion, des « et » de médiation/conciliation.

      VOUS ET NOUS = NOUS

    Nous sommes solidaires. Les sujets qui touchent l’éducation et la protection environnementale nous concernent tous.

    15168387529_cad03969ed_kPeut-être, pouvons-nous vous aider ? Peut-être, pouvez-vous nous aider ? Peut-être, pouvons-nous nous aider mutuellement?

    Un rendez-vous pour cela : Avec et pour vous, construisons ?

    Empathie selon AshokaUn document intéressant d’Ashoka  :  EDUCATION A L’EMPATHIE

    Ashoka un monde en équilibre

    Avec et pour vous, pour nous, construisons ?

     

     

    Note mise en ligne le 01/08/2016 mise à jour le 02/08/2016

  • DES PONTS INTERCULTURELS

    Cette note est une invitation à des voyages interculturels, avec des parallèles entre des valeurs endogènes et ascendantes de symboles traditionnels africains et les valeurs ASD mises en avant avec les photos d’accueil sur notre site : 1/ médiation de projets, 2/ éducation et empathie,  3/ agroécologie et 4/ symboles du baobab.

    Elle commence par des valeurs mossé (ethnie majoritaire du Burkina Faso). Nous espérons qu’elles s’enrichissent prochainement avec celles d’autres ethnies :  Peulh, Bobo, Gourounsi, Lobi, Senoufo, etc…

    DES VALEURS MOSSE

    Quelques valeurs pour le rassemblement de termites sous des baobabs et l’auto-construction de termitières :

    1. WEEMBA : la médiation.
    2. SAABA : la forge pour créer des outils permettant de creuser des puits de connaissance.
    3. TINGSOBA et SADABA : l’agroécologie pour éveiller les pouvoirs d’alliance de l’homme avec la Nature.
    4. ZAMZE : des cœurs discrets et puissants permettant la fécondation des baobabs

    Des explications à partir du livre Connaissance de Ouagadougou, par la rue, la culture et l’histoire de Maître Titinga Frédréric PACERE – Edition 2007 :

    • WEEMBA : Il s’agit du Médiateur dans la Société Traditionnelle ou de l’Institution chargée du Droit de Grâce, chargée du Pardon.
    • SAABA : Forgerons, ils construisent les outils. Dans certains milieux, ils peuvent aussi jouer le rôle de WEEMBA, pour la paix sociale.
    • TINGSOBA : Chef de terre, il a la connaissance des phénomènes de la nature. Issu des « Tinguimbiissi »  (fils de la terre) qui occupaient  le sol avant l’arrivée des  Mossé vers le XII-XIIIème siècle.
    • SADABA : Il s’agit aussi de « Tinguimbiissi », les « Justiciers ».

    L’idée de l’association avec l’agroécologie est que l’homme qui la pratique prend soin de la Terre et vit en harmonie avec les phénomènes de la Nature.

    • ZAMZE (ou « chauve-souris » ou « roussettes ») : constituent un groupe de guerriers spécialisés et d’élites. Ils sont agiles, furtifs et puissants par leur symbole : les muscles de la poitrine de la chauve-souris.

    Le parallèle fait ici avec le baobab : les chauve-souris fécondent cet arbre, symbole de la paix et de la sagesse, et sont des mammifères avec un coeur puissant pour voler (le plus gros cœur des mammifères proportionnellement à leurs tailles).

    DES CITATIONS

    Les deux premières devises de Maître Titinga Frédéric PACERE :

    • « Si la Termitière vit, qu’elle ajoute de la terre à la terre »
    • « Si la branche veut fleurir, qu’elle honore ses racines »

    Proverbe peulh

    • « Il faut creuser les puits d’aujourd’hui pour étancher les soifs de demain »

    Citation congolaise

    • « La force du baobab est dans ses racines »

    Wangari MAATHAI (Prix Nobel de la Paix 2004)

    • « Les arbres ont tenu une place essentielle dans ma vie et m’ont appris bien des leçons. Chaque arbre est le symbole vivant de la paix et de l’espoir. Avec ses racines profondément ancrées dans la terre et ses branches qui s’élancent vers le ciel, il nous dit que pour aspirer à aller toujours plus haut, nous aussi nous devons être bien enracinés au sol car, aussi haut que nous nous élancions, c’est toujours de nos racines que nous puisons notre force ».
    • « Plantons des arbres et les racines de notre avenir s’enfonceront dans le sol et une canopée de l’espoir s’élèvera vers le ciel ».

    Amadou Hampâté Bâ (Amkoullel, l’enfant Peul)

    • « L’écriture est une chose et le savoir en est une autre. L’écriture est la photographie du savoir lui-même. Le savoir est une lumière qui est en l’homme. Il est l’héritage de tout ce que les ancêtres ont pu connaître et qu’ils nous ont transmis en germe, tout comme le baobab est contenu en puissance dans sa graine. »
    • « Je sais une chose, et vous aussi, mes frères, sachez-le : au pays où les audiences se donnent à l’ombre des grands arbres, le roi qui coupe les branches tiendra ses assises en plein soleil. Tuer un être sans défense est facile; mais c’est l’art du bourreau. L’art royal consiste à laisser vivre et à faire prospérer, et ce n’est pas toujours un art aisé »
    • « Sois à l’écoute, disait-on dans la vieille Afrique, tout parle, tout est parole, tout cherche à nous communiquer une connaissance. »
    • « Tous ces enseignements reposent sur des exemples concrets faciles à comprendre pour les enfants. Certaines scènes observées donnent l’occasion de développements plus profonds : un arbre déployant ses branches dans l’espace permet d’expliquer comment tout dans l’univers, se diversifie à partir de l’unité ; une fourmilière , une termitière donnent l’occasion de parler des vertus de la solidarité et des règles de la vie sociale. A partir de chaque exemple, de chaque expérience vécue, le bawo et les anciens enseignent aux garçons comment se comporter dans la vie et quelles sont les règles à respecter envers la nature, envers ses semblables et envers soi-même. Ils leurs enseignent à être des hommes. »

    Nelson Mandela (Prix Nobel de la Paix en 1993)

    « L’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde »

    et 10 citations en vidéo

    Note mise en ligne le 05/08/2016 amendée le 22/01/17