• SOUTIENS D’ASSOCIATIONS

    DES ASSOCIATIONS QUI SOUTIENNENT NOS ACTIONS :

    TERRE & HUMANISME

    terre-et-humanismeCréée en 1994 sous le nom des “Amis de Pierre Rabhi”, rebaptisée en 1999, l’association Terre et Humanisme œuvre pour la transmission de l’agroécologie comme pratique et éthique visant l’amélioration de la condition de l’être humain et de son environnement naturel.

    En partageant l’agroécologie au Nord comme au Sud, l’association intervient dans la formation des acteurs pour accompagner le changement de pratiques agricoles et de paradigme sociétal vers une alternative éthique et politique au service de la Vie, de l’autonomie alimentaire des populations et de la sauvegarde de la terre nourricière.

    Dès le début des années 80, Pierre Rabhi sensibilise de nombreux paysans du Burkina Faso aux techniques agroécologiques. Il s’appuiera ensuite sur le centre agroécologique de Gorom Gorom, situé en pleine zone sahélienne, pour former de nombreux paysans et techniciens entre 1985 et 1988.

    Depuis 2004, Terre et Humanisme s’implique au Burkina Faso pour accompagner la diffusion de l’agroécologie à travers plusieurs associations Burkinabè partenaires. En s’appuyant sur des anciens élèves de Pierre Rabhi, le programme vise à former des compétences locales pour la diffusion de l’agroécologie auprès des paysans. Il est centré sur la mise en place de formations d’animateurs et formateurs et l’appui à l’émergence de sites de démonstration et de formation. Accompagner nos partenaires dans le développement de leurs actions, renforcer leurs compétences techniques et mettre en réseau les acteurs constituent les autres points forts du programme.

    Le vent agroécologique insufflé par Pierre Rabhi dans les années 80 continue de souffler au pays des hommes intègres, et avec l’accompagnement de nos partenaires des centaines de paysans empruntent ce chemin pour aller vers leur autonomie alimentaire…

    Pour plus d’informations : terre-humanisme.org

     

  • AGROECOLOGIE

    AGROECOLOGIE – Définition retenue par ASD

    « L’agroécologie résulte de la fusion de deux disciplines scientifiques, l’agronomie et l’écologie.

    En tant que science, l’agroécologie est l’application de la science écologique à l’étude, à la conception et à la gestion d’agroécosystèmes durables.

    En tant qu’ensemble de pratiques agricoles, l’agroécologie recherche des moyens d’améliorer les systèmes agricoles en imitant les processus naturels, créant ainsi des interactions et synergies biologiques bénéfiques entre les composantes de l’agroécosystème.

    Elle permet d’obtenir les conditions les plus favorables pour la croissance des végétaux, notamment en gérant la matière organique et en augmentant l’activité biotique du sol.

    Les principes fondamentaux de l’agroécologie sont notamment les suivants: le recyclage des éléments nutritifs et de l’énergie sur place plutôt que l’introduction d’intrants extérieurs; l’intégration des cultures et du bétail; la diversification des espèces et des ressources génétiques des agroécosystèmes dans l’espace et le temps »

    Cette définition est issue du Rapport du Rapporteur spécial sur le droit à l’alimentation d’Olivier de Schutter (chapitre III « Contribution de l’agroécologie à la mise en œuvre du droit à l’alimentation »).

    _T&H Champ en cerclePhoto Terre & Humanisme

    PREMIERES ACTIONS D’ASD SUR L’AGROECOLOGIE

    Promouvoir l’agroécologie et développer des projets :

    • Développement de partenariats locaux : avec AIDMR et AVAPAS, voir notre rubrique « Nos partenaires »,
    • Un premier financement de 20 000 € obtenu pour promouvoir l’agroécologie dans la ferme pédagogique de l’AIDMR : voir rubrique « Nos projets »,
    • Un projet est en cours de déploiement et d’écriture « L’agroécologie au service de l’éducation » dans la région du Sahel : voir sous-projet 1 dans la rubrique « Nos projets »

    Nos actions sont menées avec le soutien de l’association française Terre & Humanisme, qui est également partenaire d’AIDMR et AVAPAS depuis plusieurs années.

    EXEMPLE DE PROJETS AGROECOLOGIQUES SUR LEQUEL ASB-B TRAVAILLE : CULTURES EN DEMI-LUNES

    Une vidéo montrant les bienfaits de l’agriculture en demi-lunes :

     

      DEMI-LUNE : L’ESPOIR DES PAYSANS POUR UNE VIE MEILLEURE

  • PROJET GLOBAL AU SERVICE DE L’EDUCATION – REGION DU SAHEL

    NOTE EVOLUTIVE  (Projet en cours de développement avec les parties prenantes)

    PREAMBULES

    1/ Un projet ouvert, participatif, coopératif…

    Chacun  est invité  à apporter sa contribution à son montage –  enrichissement du contenu, communication, promotion… – pour le faire émerger, en respectant l’autonomie, la responsabilité, la dignité et la liberté des individus et communautés visés par le projet.

    UN PROJET REALISE ENSEMBLE

    SAMSUNG CAMERA PICTURESJanvier 2016 : une séance d’animation pour des aménagements de jardins scolaires dans des écoles

    2/ Facilitation / Médiation du projet

    Le projet global est conçu avec un esprit de facilitation/médiation, et de responsabilité sociétale et environnementale, permettant aux parties prenantes de réfléchir ensemble :

    • pourquoi « viser un enseignement primaire universel avec une égalité fille/garçon ?»
    • comment procéder pour y arriver en prenant en considération les valeurs, intérêts et besoins de chacun ?

    Le but est de développer les capacités d’autonomie et de résilience des populations pour être auteurs et acteurs de leur vie dans un contexte systémique.

     

    DESCRIPTION DU PROJET AU SAHEL EN COURS

    La Région du Sahel est l’une des 13 régions concernées au Burkina Faso par la politique de décentralisation. Elle est située à l’extrême nord du pays avec une superficie de 36 100 km2 soit 13, 2 % du territoire.

    carte_burkina 2

    Le projet d’ «Appui au Développement Local au Service de l’Education dans la Région du Sahel au Burkina Faso » est planifié comme une phase pilote pour un futur programme de grande envergure dans la province. Le projet est prévu dans la province du SENO en partenariat avec la Direction Provinciale de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation (DPENA) du Séno.

    Carte SénoLa DPENA du Séno, avec pour Chef-lieu Dori, regroupe 9 Circonscriptions d’Education de Base (C.E.B.) réparties dans 6 Communes: Bani 1, Bani 2, Dori 1, Dori 2,  Dori 3, Falagountou, Gorgadji, Seytenga et  Sampelga.

    Le but du projet est de mettre en place des actions pilotes dans 10 écoles sur une période de 5 ans (2018 à 2023). Les écoles visées la première année sont toutes dans la Circonscription d’Education de Base de Dori 3: Djigo à 20 km de Dori, Selbo à 6 km, Djomga à 5 km et Yacouta à 12 km.

    L’évaluation de cette phase pilote permettra de planifier après 2023, une phase 2 avec une expansion au niveau de la circonscription Dori 3 et d’une autre circonscription. Suivant les futurs soutiens financiers, il est envisagé une intervention sur toute la région du Sahel.

    Objectif Global du Projet

    Contribuer à une éducation de base inclusive plus accessible et de meilleure qualité pour les jeunes du Burkina Faso, avec une égalité fille/garçon

    SAMSUNG CAMERA PICTURES

    Photo janvier 2016 : des enfants de l’école de Djibo 

    Objectifs spécifiques

    • Susciter la mobilisation sociale et une plus grande implication des parties prenantes dans le développement de l’éducation de base dans la Région du Sahel.
    • Promouvoir les approches pédagogiques qui améliorent les pratiques des enseignants et les apprentissages des élèves.
    • Améliorer la qualité de l’environnement des apprentissages (santé, hygiène, nutrition, prévention contre le VIH/SIDA et amélioration du cadre de vie en milieu scolaire).
    • Promouvoir à travers les pratiques agroécologiques et appuyer le développement d’Activités Génératrices de revenus (AGR) pour améliorer les revenus des parents, des Associations des Parents des Elèves (APE) et des Mères Educatrices (AME)  pour contribuer à  lever leurs réticences à envoyer les enfants – filles et garçons – à l’école.

    Un projet développé par étapes et démarrant avec trois sous-projets autonomes

    Un avant-projet de 80 pages (daté du 30 août 2016), avec une vision et une cohérence globales sur les aspects socio-économiques, a été écrit suite à trois missions exploratoires réalisées en juin et juillet 2014 et janvier 2016. Ce document est en cours de mise à jour suite à une nouvelle mission réalisée en janvier 2017.

    Le projet est prévu d’être mis en place de manière progressive, pour sensibiliser, récolter, confirmer les premiers besoins et attentes des différentes parties prenantes, en commençant avec trois sous-projets autonomes, pérennes et dits nourriciers :

    Sous-projet 1 sur l’agroécologie

    • Sensibilisation aux pratiques agroécologiques
    • Appui technique sur les pratiques agroécologiques
    • Mise en place de jardins agroécologiques dans les écoles,
    • Réhabilitation ou réalisation de forage d’eau dans les écoles.

    Sous-projet 2 sur la Médiation, la Communication NonViolente et l’Empathie

    • Sensibilisation des différentes parties prenantes des bienfaits de la culture à la Médiation,
    • Elaboration participative et mise en oeuvre de plans d’actions
    • Capitalisation et partage des expériences

    Sous-projet 3  Formations de formateurs

    • Améliorer les pratiques des enseignants sur des méthodes pédagogiques actives et participatives permettant le développement des enfants sur des principes de relations de confiance, d’estime de soi et des autres
    • Expliquer aux enseignants les enjeux de la réforme curriculaire du système éducatif au Burkina et leur rôle participatif pour contribuer au développement de cette réforme.

    Ils sont dits « nourriciers »

    • Au sens propre du terme, pour nourrir et améliorer les revenus des parents et des mères éducatrices,
    • Au sens figuré, pour améliorer les dialogues inclusifs, renforcer l’autonomie et créer des activités avec des valeurs fortes et endogènes, au niveau individuel et collectif (voir note sur l’éducation et l’empathie).

    EDUCATION ET EMPATHIEProverbe Peulh

    Ces trois premiers sous-projets sont mis en oeuvre avec les partenariats  :

    • Partenaires AIDMR et AVAPAS au Burkina Faso pour le sous-projet 1 sur l’agroécologie au service de l’éducation;
    • ONG de l’Afrique de l’Ouest ASHOKA SAHEL sur les sujets de l’agriculture, l’éducation et l’empathie,
    • Partenaire Français TERRAFRIK pour les montages des dossiers, recherches de financements pour les sous-projets 1 et 2,
    • Partenaire Burkinabè BAOWEND-SOM pour le sous-projet 2 sur la CNV et l’Empathie,
    • Partenaires Français HAMAP Humanitaire et Burkinabè BAOWEND-SOM pour le sous-projet 3 Formations.

    Suite aux dernières missions exploratoires réalisées en janvier 2016 et 2017, les parties prenantes (Directeurs des écoles, Parents des Elèves, Mères Educatrices…) se mobilisent pour préciser leurs besoins et plans d’actions à court terme pour ces trois premiers sous-projets.

    Plus de précisions sont données sur les trois premiers sous-projets dans la rubrique « Nos projets » du présent site.

    Note mise en ligne le 24/12/2014, mise à jour le 03/06/2017