• DES PONTS INTERCULTURELS

    Cette note est une invitation à des voyages interculturels, avec des parallèles entre des valeurs endogènes et ascendantes de symboles traditionnels africains et les valeurs ASD-B mises en avant avec les photos d’accueil sur notre site : 1/ médiation de projets, 2/ éducation et empathie,  3/ agroécologie et 4/ symboles du baobab.

    Elle commence par des valeurs mossé (ethnie majoritaire du Burkina Faso). Nous espérons qu’elles s’enrichissent prochainement avec celles d’autres ethnies :  Peulh, Bobo, Gourounsi, Dioula, Lobi, Senoufo, etc…

    DES VALEURS MOSSE

    Quelques valeurs pour le rassemblement de termites sous des baobabs et l’auto-construction de termitières :

    1. WEEMBA : la médiation.
    2. SAABA : la forge pour créer des outils permettant de creuser des puits de connaissance.
    3. TINGSOBA et SADABA : l’agroécologie pour éveiller les pouvoirs d’alliance de l’homme avec la Nature.
    4. ZAMZE : des cœurs discrets et puissants permettant la fécondation des baobabs

    Des explications à partir du livre Connaissance de Ouagadougou, par la rue, la culture et l’histoire de Maître Titinga Frédréric PACERE – Edition 2007 :

    • WEEMBA : Il s’agit du Médiateur dans la Société Traditionnelle ou de l’Institution chargée du Droit de Grâce, chargée du Pardon.
    • SAABA : Forgerons, ils construisent les outils. Dans certains milieux, ils peuvent aussi jouer le rôle de WEEMBA, pour la paix sociale.
    • TINGSOBA : Chef de terre, il a la connaissance des phénomènes de la nature. Issu des « Tinguimbiissi »  (fils de la terre) qui occupaient  le sol avant l’arrivée des  Mossé vers le XII-XIIIème siècle.
    • SADABA : Il s’agit aussi de « Tinguimbiissi », les « Justiciers ».

    L’idée de l’association de Tingsoba et de Sadaba avec l’agroécologie est que l’homme qui la pratique prend soin de la Terre et vit en harmonie avec les phénomènes de la Nature.

    • ZAMZE (ou « chauve-souris » ou « roussettes ») : constituent un groupe de guerriers spécialisés et d’élites. Ils sont agiles, furtifs et puissants par leur symbole : les muscles de la poitrine de la chauve-souris.

    Le parallèle fait ici avec le baobab : les chauve-souris fécondent cet arbre, symbole de la paix et de la sagesse, et sont des mammifères avec un coeur puissant pour voler (le plus gros cœur des mammifères proportionnellement à leurs tailles).

    DES CITATIONS

    Les deux premières devises de Maître Titinga Frédéric PACERE :

    • « Si la Termitière vit, qu’elle ajoute de la terre à la terre »
    • « Si la branche veut fleurir, qu’elle honore ses racines »

    Proverbe peulh

    • « Il faut creuser les puits d’aujourd’hui pour étancher les soifs de demain »

    Citation congolaise

    • « La force du baobab est dans ses racines »

    Wangari MAATHAI (Prix Nobel de la Paix 2004)

    • « Les arbres ont tenu une place essentielle dans ma vie et m’ont appris bien des leçons. Chaque arbre est le symbole vivant de la paix et de l’espoir. Avec ses racines profondément ancrées dans la terre et ses branches qui s’élancent vers le ciel, il nous dit que pour aspirer à aller toujours plus haut, nous aussi nous devons être bien enracinés au sol car, aussi haut que nous nous élancions, c’est toujours de nos racines que nous puisons notre force ».
    • « Plantons des arbres et les racines de notre avenir s’enfonceront dans le sol et une canopée de l’espoir s’élèvera vers le ciel ».

    Amadou Hampâté Bâ (Amkoullel, l’enfant Peul)

    • « L’écriture est une chose et le savoir en est une autre. L’écriture est la photographie du savoir lui-même. Le savoir est une lumière qui est en l’homme. Il est l’héritage de tout ce que les ancêtres ont pu connaître et qu’ils nous ont transmis en germe, tout comme le baobab est contenu en puissance dans sa graine. »
    • « Je sais une chose, et vous aussi, mes frères, sachez-le : au pays où les audiences se donnent à l’ombre des grands arbres, le roi qui coupe les branches tiendra ses assises en plein soleil. Tuer un être sans défense est facile; mais c’est l’art du bourreau. L’art royal consiste à laisser vivre et à faire prospérer, et ce n’est pas toujours un art aisé »
    • « Sois à l’écoute, disait-on dans la vieille Afrique, tout parle, tout est parole, tout cherche à nous communiquer une connaissance. »
    • « Tous ces enseignements reposent sur des exemples concrets faciles à comprendre pour les enfants. Certaines scènes observées donnent l’occasion de développements plus profonds : un arbre déployant ses branches dans l’espace permet d’expliquer comment tout dans l’univers, se diversifie à partir de l’unité ; une fourmilière , une termitière donnent l’occasion de parler des vertus de la solidarité et des règles de la vie sociale. A partir de chaque exemple, de chaque expérience vécue, le bawo et les anciens enseignent aux garçons comment se comporter dans la vie et quelles sont les règles à respecter envers la nature, envers ses semblables et envers soi-même. Ils leurs enseignent à être des hommes. »

    Nelson Mandela (Prix Nobel de la Paix en 1993)

    « L’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde »

    et 10 citations en vidéo

     

    Amadou Hampâté Bâ (Vie et enseignement de Tierno Bokar. Le sage de Bandiagara)

    « La parole est un fruit dont l’écorce s’appelle « bavardage », la chair « éloquence » et le noyau « bon sens ».

    Note mise en ligne le 05/08/2016 amendée le 02/08/18

  • SOUTIENS D’ASSOCIATIONS

    DES ASSOCIATIONS QUI SOUTIENNENT NOS ACTIONS :

    TERRE & HUMANISME

    terre-et-humanismeCréée en 1994 sous le nom des “Amis de Pierre Rabhi”, rebaptisée en 1999, l’association Terre et Humanisme œuvre pour la transmission de l’agroécologie comme pratique et éthique visant l’amélioration de la condition de l’être humain et de son environnement naturel.

    En partageant l’agroécologie au Nord comme au Sud, l’association intervient dans la formation des acteurs pour accompagner le changement de pratiques agricoles et de paradigme sociétal vers une alternative éthique et politique au service de la Vie, de l’autonomie alimentaire des populations et de la sauvegarde de la terre nourricière.

    Dès le début des années 80, Pierre Rabhi sensibilise de nombreux paysans du Burkina Faso aux techniques agroécologiques. Il s’appuiera ensuite sur le centre agroécologique de Gorom Gorom, situé en pleine zone sahélienne, pour former de nombreux paysans et techniciens entre 1985 et 1988.

    Depuis 2004, Terre et Humanisme s’implique au Burkina Faso pour accompagner la diffusion de l’agroécologie à travers plusieurs associations Burkinabè partenaires. En s’appuyant sur des anciens élèves de Pierre Rabhi, le programme vise à former des compétences locales pour la diffusion de l’agroécologie auprès des paysans. Il est centré sur la mise en place de formations d’animateurs et formateurs et l’appui à l’émergence de sites de démonstration et de formation. Accompagner nos partenaires dans le développement de leurs actions, renforcer leurs compétences techniques et mettre en réseau les acteurs constituent les autres points forts du programme.

    Le vent agroécologique insufflé par Pierre Rabhi dans les années 80 continue de souffler au pays des hommes intègres, et avec l’accompagnement de nos partenaires des centaines de paysans empruntent ce chemin pour aller vers leur autonomie alimentaire…

    Pour plus d’informations : terre-humanisme.org

     

  • AGROECOLOGIE

    AGROECOLOGIE – Définition retenue par ASD-B

    « L’agroécologie résulte de la fusion de deux disciplines scientifiques, l’agronomie et l’écologie.

    En tant que science, l’agroécologie est l’application de la science écologique à l’étude, à la conception et à la gestion d’agroécosystèmes durables.

    En tant qu’ensemble de pratiques agricoles, l’agroécologie recherche des moyens d’améliorer les systèmes agricoles en imitant les processus naturels, créant ainsi des interactions et synergies biologiques bénéfiques entre les composantes de l’agroécosystème.

    Elle permet d’obtenir les conditions les plus favorables pour la croissance des végétaux, notamment en gérant la matière organique et en augmentant l’activité biotique du sol.

    Les principes fondamentaux de l’agroécologie sont notamment les suivants: le recyclage des éléments nutritifs et de l’énergie sur place plutôt que l’introduction d’intrants extérieurs; l’intégration des cultures et du bétail; la diversification des espèces et des ressources génétiques des agroécosystèmes dans l’espace et le temps »

    Cette définition est issue du Rapport du Rapporteur spécial sur le droit à l’alimentation d’Olivier de Schutter (chapitre III « Contribution de l’agroécologie à la mise en œuvre du droit à l’alimentation »).

    _T&H Champ en cerclePhoto Terre & Humanisme

    PREMIERES ACTIONS D’ASD SUR L’AGROECOLOGIE

    Promouvoir l’agroécologie et développer des projets :

    • Développement de partenariats locaux : avec AIDMR et AVAPAS, voir notre rubrique « Nos partenaires »,
    • Un premier financement de 20 000 € obtenu pour promouvoir l’agroécologie dans la ferme pédagogique de l’AIDMR : voir rubrique « Nos projets »,
    • Un projet est en cours de déploiement et d’écriture « L’agroécologie au service de l’éducation » dans la région du Sahel : voir sous-projet 1 dans la rubrique « Nos projets »

    Nos actions sont menées avec le soutien de l’association française Terre & Humanisme, qui est également partenaire d’AIDMR et AVAPAS depuis plusieurs années.

    EXEMPLE DE PROJETS AGROECOLOGIQUES SUR LEQUEL ASB-B TRAVAILLE : CULTURES EN DEMI-LUNES

    Une vidéo montrant les bienfaits de l’agriculture en demi-lunes :

     

      DEMI-LUNE : L’ESPOIR DES PAYSANS POUR UNE VIE MEILLEURE